Émeline Richard Millot

© Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences

Émeline Richard Millot

Biotechnologiste

"En tant que chercheuse en biotechnologie, je réalise aujourd’hui mon objectif de faire de la recherche en médecine et j’ambitionne d’aller plus loin en me lançant dans l’entrepreunariat, avec le nouveau rêve de voir un jour sur le marché mon médicament contre la grippe. Mais tous ces projets et ambitions professionnelles ne m’empêchent pas d’assurer mon rôle le plus important : celui de maman !"

Émeline Richard Millot est post-doctorante CNRS au Centre de recherches sur les macromolécules végétales (CERMAV - CNRS). Elle travaille au sein de l’équipe chimie et biotechnologie des oligosaccharides du laboratoire et participe à la création d’une start-up.


Entre la science et Émeline Richard Millot, c’est une histoire qui dure… Depuis l’école primaire, elle le sait, elle sera scientifique. Elle aime les mathématiques, la physique, la chimie… et plus tard la biologie ! Ce n’est qu’en Terminale qu’elle se décide : elle veut faire de la recherche en médecine. Après une tentative en première année de médecine, elle se réoriente en licence de chimie-biologie. Elle poursuit ensuite ses études en Master et se passionne pour la biotechnologie au cours d’un stage au sein du CERMAV, un laboratoire pluridisciplinaire spécialisé dans les glycosciences. Elle parvient finalement à atteindre son objectif au sein de ce même laboratoire, en réalisant son doctorat de biotechnologie durant lequel elle travaille au développement d’un vaccin contre le cancer. Elle est aujourd’hui chercheuse post-doctorante au CERMAV et poursuit sa “recherche en médecine”.


Émeline Richard Millot travaille dans une équipe qui allie la chimie, la biochimie et la biotechnologie pour produire des glucides complexes et ainsi étudier leur rôle ou bien utiliser leurs fonctionnalités dans les domaines de la santé ou de l’environnement. Elle travaille sur le volet biotechnologie. Elle cultive des bactéries génétiquement modifiées, lui servant “d’usine” pour produire des glucides. En étroite collaboration avec l’ensemble de l’équipe, elle utilise ensuite la chimie pour produire des molécules innovantes à partir de ces glucides. Elle collabore également avec d’autres laboratoires qui lui permettent d’évaluer le potentiel en tant que médicament de ces molécules. Ses recherches ont conduit au développement d’une molécule très efficace contre la grippe et elle envisage aujourd’hui une nouvelle aventure à travers la création d’une start-up qui valorisera ses travaux de recherche.