top of page

Recherche

452 éléments trouvés

  • Vademecum | Femmes & Sciences

    Vademecum Pour une communication sans stéréotype de sexe Un vademecum pour appliquer le Guide pratique du Haut Conseil à l'Égalité entre les Femmes et les Hommes ​ Lors du Colloque de Femmes & Sciences en novembre 2023, l'association Femmes & Sciences, ainsi que les associations femmes et mathématiques et Femmes Ingénieures , la Société française de physique (SFP), l’Association française de mécanique (AFM), l’Association pour les femmes dirigeantes de l’ESRI (AFDESRI) et le Collège des Sociétés savantes académiques de France , ont signé la charte révisée du HCEfh « Pour une communication publique sans stéréotype de sexe ». Cette charte engage donc les membres de ces associations et sociétés à employer une écriture aussi inclusive que possible lors de leurs communications orales et écrites effectuées au nom de ces structures. Le Vademecum proposé ici, extrait des préconisations du HCEfh , a pour but de les y aider. ​ Télécharger le vademecum Si vous souhaitez faire un commentaire ou des suggestions, écrivez-nous ICI. À venir - illustration et compléments de la partie Communication visuelle ​ - des exemples / contre-exemples ré-écrits de messages et d'annonces - un argumentaire pour aider à répondre aux réactions négatives

  • Rencontre avec des élèves du lycée français de Bratislava (Slovaquie)

    Rencontre avec des élèves du lycée français de Bratislava (Slovaquie) ​ Le collège-lycée de Bratislava a lancé des interviews de scientifiques à l'occasion de la journée des filles et femmes en science, le 11 février Florence Durret a discuté avec deux élèves pendant une vingtaine de minutes (une fille et un garçon), et répondu à leurs questions concernant son parcours, ses études et son métier. Cela a été l'occasion de leur dire que les femmes pouvaient faire des sciences aussi bien que les garçons. < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • Emmanuelle Rial-Sebbag

    © Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences Emmanuelle Rial-Sebbag Juriste "La science en conscience" Emmanuelle Rial-Sebbag, juriste, est directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en bioéthique et droit de la santé. Elle est enseignante associée en droit de la santé et en bioéthique à la Faculté de médecine de Toulouse (Purpan). Emmanuelle Rial-Sebbag est impliquée dans plusieurs projets de recherche nationaux et internationaux. Menés dans une démarche interdisciplinaire conjuguant les sciences humaines et sociales et les sciences biomédicales, fondée sur une dimension bioéthique, ses projets concernent de nombreux sujets aux enjeux sociétaux considérables : les biobanques, les thérapies innovantes, la recherche biomédicale sur les humains, les tests génétiques et la production et l’usage des données de santé. Elle est responsable de plusieurs cours et conférences portant sur les aspects éthiques et juridiques de la recherche biomédicale et des droits des patient.e.s. Elle a notamment coordonné un projet européen relatif aux enjeux sociétaux soulevés par l’utilisation des cellules souches dans le contexte de la médecine régénératrice. Actuellement, Emmanuelle Rial-Sebbag travaille à Toulouse dans l’unité Épidémiologie et analyse de la santé publique : les risques, les maladies chroniques et les handicaps, dans laquelle elle est responsable de l’équipe de recherche pluridisciplinaire Trajectoires d’innovations en santé : enjeux bioéthiques et impact en santé publique. Elle est aussi co-responsable de la plateforme sociétale Éthique et biosciences qui s’attache à développer le dialogue entre différents publics sur les aspects éthiques, légaux et sociétaux associés à la génomique et aux biotechnologies. Elle travaille au développement de la gouvernance des innovations en santé. Ses travaux visent à déterminer le rôle et la place de la loi parmi les différentes normes (éthiques, professionnelles, etc.) encadrant les innovations biomédicales et ce à l’échelle nationale, européenne et internationale.

  • Interventions en milieu scolaire durant le mois de l'égalité, Mars 2023

    Interventions en milieu scolaire durant le mois de l'égalité, Mars 2023 8 mars 2023 ​ ​ Interventions en établissement scolaire accueillant l'exposition la Science Taille XXElles durant le mois de Mars 2023 En Mars 2023, le mois de l'égalité, trois interventions en établissement scolaire accueillent l'exposition la Science Taille XXElles. du 6 au 12 mars 2023 - Collège Lionnel Terray à MEYLAN - Évènement témoignages le vendredi 10 mars avec 6 ambassadrices du 24 février au 31 mars - Collège les Rives du Leman à EVIAN - Évènement visio - conférence + témoignages le mardi 28 mars - 3 ambassadrices. du 7 au 24 mars - Lycée Cartan à la Tour du Pin - Évènement témoignages le vendredi 10 mars avec 1 ambassadrice, 3 membres de l'association et 2 doctorantes NA < Précédent Voir tout l'agenda Suivant >

  • Actions phare | Femmes & Sciences

    Actions phare COLLOQUES INSTITUTIONS LA SCIENCE TAILLE XX ELLES MENTORAT VERS LES SCOLAIRES STAGE DE 3ÈME MENDELEIEVA PRIX THIERRY CÉLÉRIER - FEMMES & SCIENCES PRIX CLAUDINE HERMANN - FEMMES & SCIENCES

  • Occitanie Est | Ressources | Femmes & Sciences

    Occitanie Est RESSOURCES Des portraits de femmes scientifiques Le groupe a réalisé un recensement de femmes scientifiques "célèbres" (toutes disciplines confondues), en créant une liste incluant leur nom, leur discipline scientifique, l’époque à laquelle elles ont vécu / exercé, ainsi que la nature des documents disponibles pour décrire plus en détail leur histoire et leur apport scientifique. À partir de cette liste, des "fiches portrait" ont été créées (format A4), qui ont servi lors d'expositions grand public (au moment de la Fête de la Science) et lors des interventions scolaires. Contact : May Morris ​ Vidéo 1 : Jamais sans mon consentement Vidéo 3 : Pourquoi on a l'impression que les femmes ont toujours froid ? En toustes conScience Le p rojet "En toustes conScience" vise à sensibiliser les agents des établissements de l'ESR aux VSS dans leur environnement de travail. ​ Ce projet est porté par l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) en Occitanie dans le cadre de son plan action égalité, en collaboration avec l'association Femmes & Sciences. Il est financé par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. ​ "En toustes conScience" propose deux types de supports pour différents publics : du théâtre-forum à destination des responsables de service et des capsules vidéos et podcasts à destination des étudiant·es. ​ En savoir plus : Compte TikTok Compte Instagram ​ Vidéo 2 : Le mansplaining ? Tu connais ? Vidéo 4 : Effet Matilda : injustice envers les femmes dans le milieu de la recherche ! Retrouvez l'ensemble des vidéos sur YouTube Vidéo 5 : Un plafond de verre dans le monde de la recherche ? MENTORAT SCOLAIRES EGALITE ELLES ASSURENT

  • Isabelle Guérin-Lassous

    © Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences Isabelle Guérin-Lassous Enseignante-chercheuse en informatique "Isabelle, très à cheval sur la fibre" Isabelle Guérin-Lassous est professeure des universités, elle enseigne au département d’informatique de l'Université Claude Bernard Lyon 1 et elle effectue ses recherches au Laboratoire de l'informatique du parallélisme (LIP, ENS de Lyon / Lyon1 / CNRS / INRIA) au sein de l’équipe DANTE Inria. Après une école d'ingénieurs spécialisée en physique nucléaire dans laquelle elle démarre l'apprentissage de l'informatique, elle intègre l'ENS de Cachan, en informatique. Elle présente une thèse orientée programmation parallèle pour finalement travailler dans l'algorithmique pour les réseaux de communication et le Wi-Fi. Le Wi-Fi est partout, sait tout, peut tout. Dans les réseaux véhiculaires par exemple : sur les routes où les voitures communiquent directement entre elles des informations sur les accidents ou sur la météo. Isabelle Guérin-Lassous travaille à la compréhension et à l’amélioration de ces réseaux après avoir mis en évidence des problèmes de performances de la technologie Wi-Fi quand elle était utilisée dans des réseaux multi-sauts (sans infrastructure). L’informatique n’est pas un domaine réservé aux hommes même si les femmes s’orientent plutôt vers les bases de données, dans la représentation des connaissances, à l'interface homme-machine (ou faudrait-il dire femme-machine). Toutefois Isabelle Guérin-Lassous confirme que les hommes demeurent les grands privilégiés des postes de commande. Dans son laboratoire, elle est encore la seule femme de rang A, correspondant aux professeurs des universités et directeurs de recherche. « C'est un peu agaçant, j'avoue. Pourquoi ? J'ai du mal à l'expliquer… » Le laboratoire d’Isabelle Guérin-Lassous compte 60 personnes et seulement 10 % de femmes. Selon elle, cela s’expliquerait par les domaines de recherche particuliers de son laboratoire. Il y a une vraie volonté des établissements à s'engager pour une plus grande mixité des filières de formation à tous les niveaux d'étude, ainsi que dans les postes à responsabilité, l'informatique a besoin et attend de nouvelles candidates. « J'aimerais vraiment que les filles aillent plus vers la science. Il y a une très grande diversité de choses passionnantes à faire. Les sciences façonnent la société. Il est important que les filles participent à ce façonnage. » Son domaine, en quelques mots : Ses recherches portent sur les réseaux de communication sans fil, et plus spécifiquement sur le Wi-Fi. La technologie Wi-Fi connaît de fortes évolutions qui rendent son fonctionnement complexe. Elle cherche à déterminer les performances du Wi-Fi quand il est utilisé dans des contextes variés et actuellement peu courants (par exemple avec des milliers ou millions d’utilisateurs, entre voitures ou entre drones). Cette connaissance permet ensuite de proposer des solutions améliorant ces performances en matière, par exemple, de débit ou de délai et qui fonctionnent pour des contextes mobiles.

  • Clarissa Cagnato

    © Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences Clarissa Cagnato Postdoctorante en archéobotanique "Le passé m’invite à sa table" Clarissa Cagnato est archéobotaniste, postdoctorante CNRS dans le laboratoire Trajectoires, De la sédentarisation à l’État (Trajectoires - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS/Inrap/Ministère de la culture). Passionnée depuis son enfance par les différentes habitudes alimentaires et culinaires des sociétés du passé comme du présent, Clarissa Cagnato réalise son rêve en devenant archéobotaniste, et travaille sur l’identification de plantes dans des contextes archéologiques. Elle effectue sa thèse sur l’alimentation végétale des anciennes populations mayas des terres basses au Guatemala, en étudiant non seulement les graines mais aussi des microrestes botaniques tels que les grains d’amidon. Ses études ont été particulièrement pertinentes car, en utilisant ces restes microscopiques, elle a pu démontrer l’importance des tubercules pour ces anciennes populations. Depuis, elle continue à collaborer sur différentes problématiques liées à l’alimentation dans différentes régions du monde à des périodes différentes. Actuellement, elle se focalise sur les questions d’émergence de l’agriculture, de la transformation et de la préparation alimentaire végétale durant le néolithique ancien en Europe nord-occidentale. Un travail qu’elle effectue à travers l’analyse de grains d’amidon qu’elle prélève entre autres sur des meules et des céramiques. Sa thématique de recherche est liée principalement à l’étude de la nourriture, car au-delà d’être un besoin physique, elle est aussi intrinsèquement sociale. En étudiant différentes populations et périodes, Clarissa souhaite comparer à l’échelle mondiale les différentes trajectoires parcourues par les individus en fonction de leur choix de plantes. Elle cherche notamment à vérifier son hypothèse selon laquelle les tubercules, souvent vus comme des aliments moins prestigieux, sont en réalité des ressources très importantes dans le passé. Au quotidien, Clarissa Cagnato manipule différents produits chimiques pour extraire les grains d’amidon des échantillons archéologiques. Une fois que ces échantillons sont placés sur des lames minces, ils peuvent être étudiés avec un microscope polarisant. En parallèle, elle participe ponctuellement dans des cours de master et dirige des ateliers pratiques principalement sur les méthodes d’extraction des échantillons de grains d’amidon. Ses recherches l’amènent à parcourir le monde afin de mieux connaître l’alimentation de nos ancêtres.

  • Marie Perrin

    © Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences Marie Perrin Doctorante en biologie chimique "Mon adversaire, c’est le cancer" Marie Perrin travaille dans le domaine de la biologie chimique comme doctorante CEA en 2ème année de thèse, au laboratoire de biologie structurale et radiobiologie à l’Institut de biologie intégrative de la cellule (I2BC - CNRS/CEA/Université Paris-Saclay). Quelques mois avant le bac, Marie Perrin le sait, elle sera chimiste ! En revanche, même si sa professeure de Physique-Chimie a été déterminante dans son orientation post-bac, elle n’est pas assez à l’aise en mathématiques et en physique pour se sentir prête à affronter deux années de classe préparatoire scientifique. Elle s’inscrit donc en DUT Chimie où elle réussit avec brio en sortant major de sa promotion. Après deux années de formation, elle décide d’intégrer l’École nationale supérieure de chimie de Montpellier (ENSCM). Là-bas, Marie Perrin découvre la Chimie-Biologie pour la Santé et vit différentes expériences de stages, dont une année comme étudiante Erasmus dans un laboratoire de recherche en Allemagne. Cela la conforte dans son choix de mener des recherches à l’interface entre Chimie et Biologie. Depuis, Marie Perrin a intégré l’Institut de biologie intégrative de la cellule, où elle étudie le chaperon d’histones ASF1, Anti-Silencing Function 1. Cette protéine constitue une cible thérapeutique d’intérêt car elle est surexprimée dans un certain nombre de cancers du sein ou du pancréas. In fine, il s’agit de concevoir des molécules chimiques capables d’inhiber l’activité de la protéine pour ensuite les tester in vivo sur des modèles cancéreux de souris et d’hommes dans le but de développer de futurs médicaments. Pour atteindre cet objectif, Marie Perrin combine plusieurs disciplines scientifiques : la chimie organique (synthèse des inhibiteurs), la biochimie (étude des interactions inhibiteurs-ASF1) et la biologie structurale (analyses des complexes formés par spectroscopie RMN et cristallographie aux rayons X). Elle est convaincue que combiner un maximum d’aspects scientifiques l’aidera à mettre au point des médicaments innovants à l’origine de nouvelles thérapies pour les patients. Après l'obtention de sa thèse en 2023, Marie a rejoint la société APLX à Grenoble en tant qu'ingénieure R&D en biologie structurale.

  • Centre - Val-de-Loire | Femmes & Sciences

    Centre - Val de Loire Contact F&S Centre - Val de Loire - Setareh Rad ​ Le groupe Centre - Val de Loire est en cours de constitution.

  • La visite « Matrimoine scientifique » aux Journées Européennes du Patrimoine

    La visite « Matrimoine scientifique » aux Journées Européennes du Patrimoine © Dominique Morello Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2021, une quarantaine de personnes ont participé à la visite « Matrimoine scientifique » organisée par les Curieuses Visites Curieuses et Femmes & Sciences. Une historienne, une comédienne et deux scientifiques ont fait découvrir une douzaine de femmes dont les noms mériteraient de figurer sur les plaques de rues au cœur de Toulouse. La photo est prise devant le Collège Pierre de Fermat, une occasion de mettre à l’honneur les deux mathématiciennes de génie Emilie du Chatelet (1706-1749) et Sophie Germain (1776-1831). Un autre arrêt Place Salengro, où vécut le célèbre ingénieur Pierre Paul Riquet qui a conçu le canal du Midi, permet d’honorer deux femmes ingénieures : Hedy Lamarr (1914-2000), la plus belle femme du monde, qui a inventé avec le pianiste Georges Antheil un système de transmission à l’origine de la téléphonie mobile et du WiFi, et Sébastienne Guyot (1896-1941), athlète, aérodynamicienne et résistante. < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • F&S invitée au Théâtre-forum sur les discrimination de genre dans l'ESR

    F&S invitée au Théâtre-forum sur les discrimination de genre dans l'ESR ​ Florence Apparailly a présenté l'association au Théâtre-forum sur les discrimination de genre dans l'enseignement supérieur et la recherche. A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l'INRAe et SupAgro de Montpellier ont organisé un théâtre-forum, animé par le collectif CoTéact, sur la discrimination de genre dans l'Enseignement supérieur et la recherche à laquelle Femmes & Sciences été invitée à intervenir. Florence Apparailly a donc fait une présentation de l'association, du programme de mentorat et du projet Egalité Elles Assurent à la suite des interventions du président de centre INRAE, de la directrice de l'institut Agro, et de la responsable de Digitag. < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

bottom of page