top of page

Recherche

452 éléments trouvés

  • Femmes En Tête 2023 – Portrait de Caroline Champenois

    Femmes En Tête 2023 – Portrait de Caroline Champenois © Collège des Sociétés Savantes Académiques de France Des portraits à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le Collège des Sociétés Savantes Académiques de France publie une série de portraits de femmes scientifiques françaises. Parmi elles, Dr Caroline Champenois, adhérente Femmes & Sciences (co-coordinatrice en région PACA), directrice de recherche au CNRS en physique quantique au PIIM à Marseille. Dans ce portrait, sous forme d’entretien, Caroline Champenois aborde son parcours, ses recherches et sa vision de l'égalité femmes-hommes. Voir le portrait : https://societes-savantes.fr/femmes-en-tete-2023-caroline-champenois < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • Table ronde avec Anne L'Huillier à l'ENS de Lyon

    Table ronde avec Anne L'Huillier à l'ENS de Lyon 1 février 2024 ​ ENS de Lyon et visio Une table ronde avec la lauréate du prix Nobel de physique 2023 sur la place des femmes dans les sciences avec la participation de Femmes & Sciences. L'École normale supérieure de Lyon reçoit Anne L'Huillier, lauréate du prix Nobel de physique 2023, ancienne élève de l'ENS de Fontenay-aux-Roses, pour une journée exceptionnelle le jeudi 1er février 2024 . L'amphithéâtre de physique-chimie de l'Ecole sera rebaptisé Amphithéâtre Anne L'Huillier. Ensuite, dans l'amphithéâtre Mérieux , Anne L'Huillier donnera une conférence grand public à 16h30 , sur ses travaux de recherche, donnant à toutes et tous l'occasion de découvrir la physique de l'attoseconde. La conférence sera suivie, à 18h, d'une table ronde sur la place des femmes dans les sciences , en présence d'Isabelle Vauglin, présidente de l'association Femmes & Sciences et astrophysicienne au Centre de Recherche Astrophysique de Lyon. La conférence et la table ronde seront retransmises en direct sur le site de l'ENS de Lyon . Informations sur les horaires et les inscriptions: https://www.ens-lyon.fr/evenement/recherche/rencontre-avec-anne-lhuillier Anne L'Huillier, Université de Lund, octobre 2012, © Wikimédia Commons < Précédent Voir tout l'agenda Suivant >

  • Succès du Colloque des 20 ans de Femmes & Sciences !

    Succès du Colloque des 20 ans de Femmes & Sciences ! © Sandra Turner Il y a eu une grande affluence pour la session visio dédiée au monde académique. Les membres ont aussi bénéficié pour la première fois d'une session exclusive. Vue la crise sanitaire, une réorganisation du Colloque 2020 de Femmes & Sciences a été faite pour l'adapter à un mode visioconférence. Le succès de la session orientée vers le monde académique (+600 inscriptions et +400 connexions) permettra de la proposer l'an prochain à l'ensemble des académies. La matinée du 21 novembre a permis aux membres d'échanger sur les projets dans les différentes régions. Une présentation des résultats de l'enquête sur l'impact de la crise de COVID-19 sera bientôt disponible sur notre site web. D'autres sessions seront prochainement proposées aux membres en cette période où les besoins de partager sont grands ! L’association European Platform of Women Scientists (EPWS ) dont Femmes & Sciences est membre, en parle . < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • Josiane Zerubia, reconnue par la IEEE Signal Processing Society

    Josiane Zerubia, reconnue par la IEEE Signal Processing Society © INRIA Josiane Zerubia, chercheuse INRIA, est reconnue internationalement par la IEEE Signal Processing Society Josiane Zerubia est chercheuse à l’INRIA. Elle a été professeur à l'ISAE-Supaero, Toulouse, pendant plus de 20 ans. Elle a supervisé de nombreux étudiants. Elle dirige actuellement l'équipe de recherche exploratoire Ayana, un projet qui comprend modélisation stochastique, traitement d'images, intelligence artificielle, télédétection et électronique/informatique embarquée. Elle est membre Fellow de l'IEEE (2003), de l'EURASIP (2019) et de l'IAPR (2020). Elle a été conférencière émérite de la IEEE Signal Processing Society (2016-2017), vice-éditrice en chef de l'IEEE Trans. en IP, membre du comité de rédaction de l'IJCV (International Journal of Computer Vision) et membre du conseil d’administration de l'IEEE SP (traitement du signal) Society. Enfin, elle est membre de la Fondation and Trends in Signal Processing. Josiane reconnaît : « Il n'est pas toujours facile d'être une femme qui réussit dans les domaines de traitement du signal. La seule façon de survivre est de travailler plus dur et toujours obtenir de meilleurs résultats » En savoir plus : ici < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • Isabelle Lémonon distinguée pour sa thèse sur la Savante des Lumières

    Isabelle Lémonon distinguée pour sa thèse sur la Savante des Lumières ​ Félicitations à Isabelle Lémonon qui dans son travail de thèse a contribué à l'écriture de l'histoire des techniciennes et techniciens invisibles Isabelle Lémonon est ingénieure de recherche au Cermes3 (Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société) à Villejuif, et membre de Femmes & Sciences. La division d’histoire des sciences et technologies de l’Union internationale d’histoire et philosophie des sciences et technologies (IUHPST), dans le cadre de ses prix de thèse 2021 , a décerné une mention honorable à sa thèse "La Savante des Lumières françaises, histoire d’une persona : pratiques, représentations, espaces et réseaux", soutenue à l'École des hautes études en sciences sociales en 2019 sous la direction de Jeanne Peiffer. Sa thèse a porté notamment sur l'histoire "par en bas" de la persona de la Savante des Lumières, qui éclaire la participation de quelques femmes à la production scientifique, considérée comme une entreprise avec ses divers acteurs, sa division du travail, ses hiérarchies, son économie. Elle a suivi par exemple la trajectoire de Marie Louise Dupiéry (1746-1830), révèlant ainsi l’organisation du travail savant au quotidien dans l'atelier d'astronomie de Jérôme Lalande (1732-1807). < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • Sepideh Mirrahimi

    © Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences Sepideh Mirrahimi Mathématicienne "Mathématiques pour mieux guérir" Sepideh Mirrahimi est mathématicienne. Après avoir fait une thèse en mathématiques appliquées à la biologie à l’Université Pierre et Marie Curie à Paris et un post-doctorat à l’École polytechnique à Palaiseau, elle a été recrutée en tant que chargée de recherche au CNRS en 2012. Depuis, elle travaille à l’Institut de mathématiques de Toulouse (IMT – CNRS, Université Toulouse Capitole, Université Toulouse – Jean Jaurès, Université Toulouse III – Paul Sabatier, Insa Toulouse) sur l’étude de modèles mathématiques issus de la biologie. Sepideh Mirrahimi s’intéresse notamment à l’analyse des équations différentielles préalablement établies lors d’études en biologie évolutive et en écologie. En effectuant une étude du comportement des solutions de ces équations en fonction de certains paramètres, elle cherche à comprendre l’effet de différents mécanismes de l’évolution (mutations, transfert horizontal des gènes, sélection), sur la survie et la distribution génétique ou phénotypique d’une population d’êtres vivants donnée. Elle peut ainsi décrire sa dynamique en prenant en compte l’interaction des individus avec leur environnement. Son approche théorique peut aider à fournir des réponses appropriées à des questions biologiques ou médicales concrètes. Par exemple, comment évaluer la résistance d’une population à un antibiotique ou comment traiter de manière optimale tel cancer ou telle maladie infectieuse. L’analyse de ses équations a pour objectif d’apporter des éléments de réponse aux praticien.ne.s et faciliter leur choix d’un protocole thérapeutique efficace (en modifiant les doses de médicament, le moment du traitement, ou en combinant des thérapies…), tout en réduisant le risque d’émergence de résistance aux médicaments. Pour étudier ces problèmes, Sepideh Mirrahimi entretient de nombreuses collaborations avec des scientifiques en France et à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Chili.

  • Léonie Canet

    © Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences Léonie Canet Physicienne théoricienne "Il y a peu de femmes en physique théorique et ce déficit prive la recherche dans ce domaine de toute une richesse d’approches et aussi d’idées originales. Il me semble que les femmes ont souvent moins d’assurance et de confiance en elles que les hommes, ce qui retient peut-être les jeunes filles de s’engager dans cette voie. Je souhaiterais leur dire qu’elles ne se censurent surtout pas, qu’elles ont toute leur place en sciences et peuvent apporter beaucoup. J’aimerais voir davantage de figures de femmes consultées en tant qu’expertes scientifiques, que leur parole s’entende et pèse autant que celle des hommes, et que cela participe à changer le regard de la société sur les femmes en sciences." Léonie Canet est professeure UGA au Laboratoire de physique et modélisation des milieux condensés (LPMMC - CNRS / UGA). Elle est spécialisée en physique théorique pour comprendre des équations mathématiques caractéristiques de phénomènes physiques comme la turbulence. Attirée par les mathématiques et la physique, Léonie Canet choisit de faire une thèse en physique théorique, dans le domaine de la physique statistique des systèmes hors de l’équilibre. Elle est alors intriguée par les motifs complexes et fascinants qui peuvent être formés par le givre sur une fenêtre, ou ceux créés par les tumultes d’une rivière ou par les volutes des nuages. Ce sont autant de phénomènes qui présentent de façon générique la propriété remarquable d’invariance d’échelle, caractéristique des fractales. Son travail de recherche consiste à comprendre et caractériser comment de tels phénomènes peuvent émerger à partir de la description fondamentale et microscopique de ces systèmes, par exemple l’équation de Navier-Stokes pour la dynamique des fluides ou l’équation de Kardar-Parisi-Zhang pour la croissance stochastique d’interfaces. Pour percer le mystère de ces équations, Léonie Canet utilise des techniques de physique théorique, et en particulier des méthodes comme le groupe de renormalisation fonctionnel et non perturbatif. C’est un aspect original de ses travaux qui lui a permis d’obtenir des résultats jusqu’alors inaccessibles par d’autres approches. Son but est de comprendre et décrire des phénomènes comme la transition rugueuse pour les interfaces ou la turbulence pour les fluides, en caractérisant leurs propriétés statistiques. L’enjeu est d’affiner et d’améliorer les prédictions qui peuvent être déduites de ces équations fondamentales, ainsi que la modélisation effective des comportements qui en découlent. Pour la turbulence par exemple, celle-ci joue un rôle fondamental dans les domaines de la météorologie, des sciences du climat ou de l’ingénierie.

  • "Femmes Ingénieurs" s'appelle maintenant "Femmes Ingénieures" avec un "e"

    "Femmes Ingénieurs" s'appelle maintenant "Femmes Ingénieures" avec un "e" © FI L’Association Femmes Ingénieures avec laquelle F&S collabore depuis longtemps se nomme maintenant Femmes Ingénieures avec un « e ». Un petit « E » mais une grande avancée dans la mixité des métiers d’ingénieur.e.s. Ce 8 mars 2021, jour de la journée des droits des femmes et pendant les Journées Nationales de l’Ingénieur.e, Femmes Ingénieurs a changé son nom, pour devenir : Femmes Ingénieures. En effet, en 2019, l’Académie française a officiellement féminisé certains noms de métiers comme : professeure, cheffe et ingénieure. L’association Femmes Ingénieures a la conviction que l'égalité réelle est source de richesse. C’est pourquoi elle œuvre pour obtenir la mixité et l’égalité dans les faits et pour qu’elles puissent être nommées pour ce qu’elles sont : des ingénieures. En savoir plus : https://www.femmes-ingenieures.org < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • Myriam Zerrad

    © Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences Myriam Zerrad Photonicienne « Les pieds sur Terre, la tête dans les étoiles » Myriam Zerrad est ingénieure de recherche à Aix-Marseille Université. Cette experte en ingénierie photonique travaille à l’Institut Fresnel1, où elle a créé et dirige l’équipe CONCEPT ainsi que la plateforme technologique DIFFUSIF. Myriam Zerrad étudie la lumière et s’in­téresse plus particulièrement aux défis scientifiques et technologiques liés à la diffusion de la lumière, de sa mesure à son contrôle. C’est l’organisation désordonnée à l’échelle nanométrique au sein des maté­riaux qu’elle traverse qui est responsable de la diffusion de la lumière. C’est cet effet qui nous permet de voir les objets avec nos yeux, et sa compréhension et son contrôle sont des enjeux majeurs pour un large panel d’applications : de l’étude de végétaux pour étudier le stress hydrique, aux milieux bio­logiques pour cibler des mélanomes, en passant par les cosmétiques et les peintures pour les effets visuels ou encore l’automo­bile car l’optique sera très présente dans la voiture du futur. Pour cela, Myriam Zerrad travaille avec son équipe au développement d’outils et de concepts innovants qui vont jusqu’à l’opti­misation de composants optiques de pointe embarqués sur les satellites ou de détec­teurs d’ondes gravitationnelles. Myriam Zerrad travaille en effet depuis une dizaine d’années avec le Centre national des études spatiales (CNES) au développe­ment d’instruments uniques au monde pour mesurer la lumière dite « parasite », générée par les composants optiques embarqués sur les satellites qui prennent des images de la Terre et de l’espace, et qui limitent leurs per­formances. La lumière est aussi au coeur des détecteurs d’ondes gravitationnelles qui permettent d’observer des événements qui déforment l’espace-temps, tels que la fusion de deux trous noirs. Dans ce domaine éga­lement, Myriam Zerrad a été sollicitée pour travailler avec son équipe à la conception des détecteurs en cours de développement en Europe : Virgo (Prix Nobel 2017), LISA et Einstein Telescope (E.T.). Grâce à son exper­tise, Myriam Zerrad préside aujourd’hui le groupe d’experts internationaux Lumière parasite de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de son équivalent américaine (NASA) pour le grand projet LISA. « Cette diversité d’applications est une source de créativité et d’apprentissage infinie pour moi » s’enthousiasme Myriam Zerrad, qui souhaite partager sa passion et rendre les sciences de la lumière accessibles aux plus jeunes. « Je fais partie des femmes qui ont la chance d’avoir une carrière scien­tifique épanouissante et enrichissante. Je m’aperçois qu’une certaine réussite pro­fessionnelle est indissociable d’une grande responsabilité vis-à-vis des générations futures et doit passer par une représentation plus importante des femmes de sciences dans les médias et dans les instances. » 1 – Institut Fresnel (Aix-Marseille Université/Centrale Méditerranée/ CNRS)

  • Adhérer | Femmes & Sciences

    Adhérer Association Femmes & Sciences 7, rue Lamennais, 75008 Paris Contact : secretariat@femmesetsciences.fr Tél : +33 (0)1 47 70 85 35 Pour faire une demande de première adhésion ou un renouvellement, voir ci-dessous. Pour toute autre demande, suivez ce lien . ​ Les tarifs d'adhésion pour un an, ouvrant droit à une réduction d'impôt, sont : - personne physique = 40€ - étudiant·e, demandeur·se d'emploi, situation précaire = 10€ - jeune professionnel·le, recrutement sur un poste académique permanent ou CDI de moins de deux ans = 10€* - personne morale = consulter l'association ​ * Fournir un justificatif attestant de la date de recrutement. ​ Si vous avez des questions, le secrétariat est ouvert le mardi (après-midi), le mercredi et le vendredi. Première adhésion Le CA de l'association F&S examine et valide les candidatures à l'adhésion une fois par mois. Selon l'agenda du CA de l'association F&S, qui examine et valide les candidatures à l'adhésion, les demandes reçues à partir du 7 juin 2024 ne seront examinées qu'en septembre. Aussi, merci pour votre patience. Vous pouvez bien sûr suivre la vie de l'association sur le site de F&S. ​ Renouvellement Le lien pour payer sa côtisation est disponible dans l'espace membres (bouton de connexion en bas de page) ou sur demande au secrétariat (secretariat@femmesetsciences.fr ).

  • La visite « Matrimoine scientifique » aux Journées Européennes du Patrimoine

    La visite « Matrimoine scientifique » aux Journées Européennes du Patrimoine © Dominique Morello Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2021, une quarantaine de personnes ont participé à la visite « Matrimoine scientifique » organisée par les Curieuses Visites Curieuses et Femmes & Sciences. Une historienne, une comédienne et deux scientifiques ont fait découvrir une douzaine de femmes dont les noms mériteraient de figurer sur les plaques de rues au cœur de Toulouse. La photo est prise devant le Collège Pierre de Fermat, une occasion de mettre à l’honneur les deux mathématiciennes de génie Emilie du Chatelet (1706-1749) et Sophie Germain (1776-1831). Un autre arrêt Place Salengro, où vécut le célèbre ingénieur Pierre Paul Riquet qui a conçu le canal du Midi, permet d’honorer deux femmes ingénieures : Hedy Lamarr (1914-2000), la plus belle femme du monde, qui a inventé avec le pianiste Georges Antheil un système de transmission à l’origine de la téléphonie mobile et du WiFi, et Sébastienne Guyot (1896-1941), athlète, aérodynamicienne et résistante. < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

  • F&S invitée au Théâtre-forum sur les discrimination de genre dans l'ESR

    F&S invitée au Théâtre-forum sur les discrimination de genre dans l'ESR ​ Florence Apparailly a présenté l'association au Théâtre-forum sur les discrimination de genre dans l'enseignement supérieur et la recherche. A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l'INRAe et SupAgro de Montpellier ont organisé un théâtre-forum, animé par le collectif CoTéact, sur la discrimination de genre dans l'Enseignement supérieur et la recherche à laquelle Femmes & Sciences été invitée à intervenir. Florence Apparailly a donc fait une présentation de l'association, du programme de mentorat et du projet Egalité Elles Assurent à la suite des interventions du président de centre INRAE, de la directrice de l'institut Agro, et de la responsable de Digitag. < Précédent Voir toutes les actualités Suivant >

bottom of page