© Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences

Jihane Maalmi - Ingénieure de recherche en électronique

"Je ne voyage jamais sans ma carte"

Jihane Maalmi est ingénieure de recherche en électronique au CNRS. Elle travaille au Laboratoire de physique des 2 infinis Irène Joliot-Curie (IJCLab - CNRS/Université Paris-Saclay).

Fille d’enseignants dans le secondaire et le supérieur, Jihane Maalmi a grandi avec l’amour des mathématiques. Elle passe son enfance au Maroc à Casablanca, puis obtient son baccalauréat au lycée français de Rome. Elle part ensuite en classes préparatoires à Paris et intègre Supélec où elle découvre la richesse du métier d’ingénieur. Elle entre en 2005 au service d’Aéronomie de Meudon (INSU) pour travailler, en coopération avec le CNES, à la construction du satellite Picard dédié à l’observation du soleil. Elle se perfectionne alors en électronique numérique et dans les circuits programmables et découvre le monde de la recherche scientifique.

En 2007, elle intègre le CNRS en tant qu’ingénieure de recherche au Laboratoire de l’accélérateur linéaire à Orsay. Elle découvre un nouveau domaine de la physique : la physique des particules, où la technique joue un rôle majeur. Le cœur de cette communauté mondiale est localisé au CERN à Genève auprès du LHC qui est le plus grand accélérateur de particules du monde.

Au quotidien, Jihane Maalmi développe des cartes électroniques et des logiciels qui permettent aux physiciens de contrôler les systèmes d’acquisition et d’exploiter les données recueillies par les détecteurs de particules. Ces détecteurs sont des objets extrêmement complexes, pouvant atteindre parfois la taille d’un immeuble, qui utilisent des technologies de pointe nécessitant en permanence de nouveaux développements techniques. Armée d’une sonde d’oscilloscope et d’un pouvoir aiguisé de déduction, Jihane Maalmi peut passer de longues journées à « débugger » les problèmes subtils que peut engendrer l’électronique !

Tous les projets sur lesquels elle est engagée sont des projets internationaux, où elle est en interaction permanente avec ses collègues ingénieurs et physiciens français et étrangers, ce qui l’amène à voyager à travers le monde. Elle présente régulièrement ses travaux dans des conférences et collabore avec l’industrie pour leur valorisation à travers des partenariats et des cessions de licence.