© Vincent Moncorgé Photothèque CNRS Association Femmes & Sciences

Céline Boutin - Biophysicienne

"L’expérience, c’est mettre la science en résonance"

Céline Boutin est biophysicienne, chercheuse au CEA. Elle travaille au Laboratoire structure et dynamique par résonance magnétique à Saclay, au sein de l’unité de Nanosciences et innovation pour les matériaux, la biomédecine et l’énergie (NIMBE - CEA/CNRS/Université Paris-Saclay).

Tout commence en classe de 3ème lorsque Céline Boutin décide de s’inscrire à un concours d’initiation à la recherche parrainé par un laboratoire de microbiologie. C’est là qu’elle attrape le virus ! Dès lors, elle oriente son parcours afin d’intégrer à son tour le monde de la recherche. Après une classe préparatoire, elle intègre une école d’ingénieur en biotechnologies, et curieuse, elle décide d’élargir ses connaissances en réalisant sa thèse en physique. C’est grâce à cette double compétence qu’elle rejoint le CEA en 2008 en tant que post-doctorante puis en tant que chercheuse.

Céline Boutin travaille dans une équipe qui vise à améliorer l’outil de la résonance magnétique nucléaire (RMN), principe à la base de l’imagerie par résonance magnétique (IRM). L’IRM est principalement connue pour être couramment utilisée à l’hôpital pour obtenir des vues de l’intérieur du corps, mais on retrouve aussi de la RMN dans les secteurs de la recherche et de l’industrie pour caractériser des composés. Cette « touche-à-tout » travaille donc aussi bien avec un fer-à-souder à la main que sur les spectromètres RMN/IRM. Plus particulièrement, Céline Boutin est la biologiste de l’équipe et développe des applications en imagerie des poumons ainsi qu’en cancérologie en étudiant des cellules résistantes ou non à la chimiothérapie. Pour cela, elle utilise un gaz rare : le xénon, actuellement utilisé comme anesthésiant dans certains hôpitaux. Ce gaz est facilement détectable par RMN grâce à un dispositif qui possède l’originalité d’être transportable dans une camionnette vers d’autres laboratoires. Le xénon peut être inhalé afin de pouvoir visualiser les poumons ou les zones d’intérêt. La biologie cellulaire fait partie de son quotidien.

Céline Boutin est en interaction permanente avec ses collègues et avec d’autres équipes dans des domaines aussi variés que la chimie ou la médecine. Elle participe également à la rédaction de financements et d’articles de recherche, et gère les salles de culture cellulaire rattachées au laboratoire. Le tout en jonglant avec son deuxième « métier » de maman. Bref, elle ne s’ennuie pas !