Vendredi 21 mars s'est tenu l'Assemblée Générale de Femmes & Sciences. Outre le bilan de l'année écoulée et des avancées produites, les adhérentes ont élu 6 nouvelles membres du Conseil d'Administration et le bureau a été remanié, la nouvelle présidente élue, Sylvaine Turck-Chièze vous adresse ce message :

 

"Cher-e adhérent-e, cher-e ami-e,

« Objectif 40% »

 

Dès que j’ai fait partie de l’association F&S, j’ai souhaité appartenir à son conseil, pour être plus active mais aussi pour m’informer au maximum. En effet, cela faisait longtemps que je souhaitais embrasser la cause « des femmes et des sciences » mais je l’avais toujours repoussée faute de temps disponible, aussi je voulais rattraper le temps perdu. J’ai beaucoup appris depuis et ai choisi de faire connaître notre association à travers la réalisation des portraits filmés de jeunes femmes scientifiques : Osez et Faites des sciences. Ces portraits joyeux honorent notre cause, et j’espère que nous réussirons à enrichir cette série.

 

Devenir Présidente me paraît un choix difficile et sans doute en ce qui me concerne prématuré, à la fois pour la charge de travail que j’ai encore au CEA aujourd’hui et aussi pour ma jeunesse dans l’association. Toutefois, le départ de Nathalie m’a poussé à analyser la situation plus avant. Il est important d’élire une personne en activité et c’est certainement la dernière fois que je pourrai faire acte de candidature. J’ai constaté au cours de ces 2 années, la force de l’association qui résulte de l’action de ses présidentes successives, de leur valeur ainsi que de leur diversité. Chacune avec sa spécificité a construit des briques solides sur lesquelles nous pouvons nous ancrer pour augmenter notre visibilité et nous faire entendre. Toutes ont construit un édifice qui donne envie de s’appuyer tout en ajoutant une modeste contribution.

 

Ce qui est passionnant est de réaliser que nous sommes dans une période de défis liés à l’évasion des jeunes hors des domaines scientifiques, l’équilibre du monde qui change et la forte transition dans les métiers. Si l’on rajoute le fossé qui se creuse entre les couches sociales, nous voyons que notre cause est vraiment sociétale. Tout change en ce moment, c’est donc le moment d’aller de l’avant.

 

Je propose donc de m’appuyer sur l’existant, sur le dynamisme et la diversité des membres du CA, mais aussi des membres de notre association, j’ai pu voir à quel point les jeunes étaient prêtes à répondre présentes dès qu’on les sollicitait. Je laisserai mes collègues raconter l’histoire du passé des femmes en science mais comme le dit Claudine, le bilan est réalisé, il ne faut pas l’oublier mais il est important aussi d’être en harmonie avec la société. Je ne suis pas une « Féministe » en opposition et il n’est pas question de faire peur aux jeunes qui intègrent la mixité dès le plus jeune âge. Notre société a besoin de tous et de toutes. J’adopterai donc une attitude décomplexée en rappelant à chaque occasion qu’il faut tendre vers un « objectif de 40% ». 40% de femmes en sciences, un maximum d’études scientifiques tant chez les jeunes gens que chez les jeunes filles pour trouver des solutions aux questions majeures qui se posent aujourd’hui. C’est l’Europe qui en a besoin et c’est la bonne façon de gérer les priorités que d’avoir une base quasi équilibrée entre hommes et femmes pour faire face à tous les défis sociétaux.

 

C’est le message que je souhaite mettre en avant avec les membres de Femmes & Sciences : objectif 40% à tous les niveaux, en Maths, Physique, Biologie, partout où une minorité ne permet pas à une communauté d’embrasser toutes les problématiques d’un sujet de société, ceci devra être rappelé auprès de toutes les instances décisionnelles. Pas 40% en 2080 mais aujourd’hui et en conservant l’excellence.
Il y a effectivement un sentiment d’urgence, car nous percevons qu’il faut être encore plus vigilantes aujourd’hui à cause des retards à l’embauche, des salaires qui se contractent pour les uns et se dilatent pour les autres, du chômage qui monte, des budgets où la variable d’ajustement devient le nombre de salariés, où le critère de rentabilité immédiate devient le critère dominant …

 

Sans négliger aucune des facettes de notre association, je souhaite porter ce message d’équilibre mais aussi d’élévation intellectuelle que les Sciences véhiculent pour guider les jeunes vers un monde de passions et de découvertes qui les animera au quotidien. Notre association a aussi vocation à déjouer tous les rouages qui bloqueraient l’avancement des femmes qui le souhaitent et en ont toutes les compétences.
Voilà ce qui m’anime le plus, mais je resterai ouverte aux initiatives des membres de notre association afin que son rayonnement contribue au développement « des femmes et des sciences ».

 

Sylvaine Turck-Chièze"