Dans le cadre de la Nuit des sciences de l’Ecole normale supérieure (ENS) le 6 juin, une table ronde a été organisée sur le sujet “Femmes et Sciences”.

 

Les résultats d’une enquête originale sur les biais de recrutement à l’ENS y ont été présentés par l’une des auteurs, la sociologue Marianne Blanchard : il apparait que le très faible pourcentage de filles recrutées à l’ENS en mathématiques et en physique est le résultat d’une suite de processus de sélections : choix de l’option en Terminale S, déperdition des filles en classes préparatoires, manque de confiance en elles des filles en prépas qui ne se présentent pas au concours de l’ENS. Une biologiste, une physicienne, un mathématicien ont apporté leurs témoignages.

 

Claudine Hermann (à gauche sur la photo ci-dessus) a présenté les actions et le point de vue de l’association Femmes & Sciences.