Eugénie Brasier : la réalité augmentée au quotidien

Au cœur des questionnements sur les interactions humain-machine, Eugénie Brasier, doctorante en informatique au Laboratoire de recherche en informatique (LRI - Université Paris-Saclay, CNRS) et dans l'équipe ILDA d'Inria, réalise sa thèse sur « les usages de la réalité augmentée adaptés à la vie quotidienne ».

En quoi consiste votre sujet de thèse ? 

Je travaille sur les interfaces Homme-machine (IHM), une branche de l'informatique qui étudie les interactions entre les utilisateurs et les systèmes informatiques. Dans ma thèse, je mets en lumière les problèmes quotidiens que l’on rencontre en interagissant avec un appareil, un ordinateur par exemple, et j’améliore ces interactions en utilisant la réalité augmentée. Le but est de rendre l’utilisateur plus à l’aise et plus efficace dans ses tâches. En ce moment, je travaille autour de l’idée d’une association entre la réalité augmentée et nos téléphones portables.

Quel a été votre cursus universitaire ?

Après avoir obtenu le Prix de la vocation scientifique et technique chez les filles, une bourse destinée à encourager les filles à faire de la science, j’ai intégré une école d'ingénieurs généraliste (HEI) à Lille. À la fin de mon cursus, j’ai réalisé que la création d’interfaces me plaisait particulièrement. J’ai alors décidé de suivre le master 2 IHM à l’Université Paris-Saclay, et curieuse de nature, j'ai ensuite débuté une thèse. Creuser un sujet jusqu'au bout et voir ce qu'on peut en faire, je trouve ça passionnant !

Qu’est-ce qui vous a poussé à participer à Ma Thèse en 180 secondes ?

Je trouve que la science est d’autant plus intéressante quand on la partage, cela permet d'avoir des avis divers et de la faire avancer. J’aime également l’idée de pouvoir intéresser les gens à mon domaine de recherche. Et en tant que fille, je trouve que c'est en montrant que nous sommes présentes en science, et même en informatique, qu’on contre les préjugés. Rendre la science attirante est bénéfique pour tout le monde !

Que comptez-vous faire à l’issue de votre thèse ?

Je n’ai pas encore décidé si je voulais continuer dans le milieu académique ou non. Si tel était le cas, je me dirigerais probablement vers l'enseignement, parce que c'est ce qui me plaît le plus. J'apprécie beaucoup lorsque les élèves viennent poser des questions et voir qu'ils sont intéressés par le cours.