Claudine Hermann nouvelle présidente d'EPWS (European Platform of Women scientists)  et Débat d'EPWS au Parlement Européen à Bruxelles

L'assemblée générale d'EPWS s'est tenue au muséum de Bruxelles le 5 Septembre, il réunissait

28 participantes venant de 13 pays. Cette année, entre autres activités de chaque groupe, un fascicule des interviews de chaque mois a été édité qui résume les activités des très nombreux groupes qui ont rejoint EPWS, vous pouvez retrouver toutes ces interviews sur le site d'EPWS:   epws.org

La photo suivante montre l'ensemble des participantes (photo prise par Martine Lumbreras).

Assemblée générale d'European Platform of women in Science (EPWS) à Bruxelles le 5 Septembre 2017

Il y a eu le vote du nouvel conseil d'administration qui contient 9 membres et  Claudine Hermann  a été désignée comme la nouvelle présidente EPWS, nous la félicitons et l'encourageons pour cette tâche particulièrement riche. J'en profite pour rappeler que Martine est sa suppléante et je suppose donc qu'elle va aussi être bien occupée.

Le lendemain un débat était organisé par EPWS au parlement européen, qui fut animé par Claudine, en voici le programme EPWS_Programme_6September_2017_28.06.17. 

Intervenants de la première table ronde

Voici quelques photos de la salle et des intervenant.e.s

Assistance au débat organisé par EPWS au parlement européen le 6 Septembre 2017 en présence des membres d'EPWS, de Mme la députée européenne irlandaise Deirdre Clune et d'attachés parlementaires

Intervention de JP Bourguignon, president de    l'ERC, il a dit que la parité était presque atteinte pour les jeunes candidatures mais que ce n'était pas le cas pour les bourses seniors.

Yvonne Pourrat a rappelé les éléments de la résolution du 9 Septembre 2015
sur la carrière des femmes en sciences et à l'Université.

 
Finalement il est apparu, une fois de plus, que les textes et résolutions allaient dans le bon sens. Il reste beaucoup de progrès à faire dans tous les pays, mais que la nouvelle génération est déjà plus équilibrée et lorsqu'il y a une volonté de parité à la tête de l'Université, les progrès sont immédiatement visibles.