L’assemblée générale annuelle de la Plateforme européenne des femmes scientifiques, EPWS, s’est tenue cette année en Allemagne à Essen (Nord Rhein Westfalen) le 27 juin. Elle a été comme l’an dernier précédée par une « Brève Conférence » de 14h à 17h, qui a permis de mieux connaître les actions locales en faveur des femmes scientifiques, en l’occurrence celles de l’université de Duisburg-Essen qui ont été présentées en première partie de la conférence.
 
Cette jeune université est particulièrement engagée dans la mise en œuvre d’actions et de programmes de recherche sur la diversité et les questions de genre [voir en particulier le site en anglais http://www.gender-curricula.com/en/gender-curricula/ proposant par discipline – pour 55 d’entre elles !- des idées pour introduire le genre dans les cours].
 
En seconde partie de la conférence Caroline Bélan-Ménagier, Mission de la Parité et de la Lutte contre les discriminations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, a expliqué les objectifs du programme européen COST-STE, axé sur la diffusion de résultats de programmes européens liés au genre.
 
L’assemblée générale, qui a suivi la conférence, a réélu pour deux ans le conseil d’administration actuel : celui-ci, d’après les statuts d’EPWS, ne sera plus rééligible dans deux ans, à part une membre. La présidente Brigitte Muehlenbruch, Allemagne et la vice-présidente Claudine Hermann ont été renouvelées dans leurs fonctions.
 
Il est question que la Brève Conférence et l’assemblée générale de 2014 aient lieu en juin à Paris.
 
Claudine Hermann