Tiziana Metitieri (EPWS), Sonia Mele et Annalisa Plaitano (Femmes & Sciences) sont à l’origine de ces événements sur Augusta DEJERINE-KLUMPKE, pionnière neurologue et scientifique, qui se sont tenus à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière.

Tiziana Metitieri et Sonia Mele ont organisé le colloque historique et scientifique.

Un premier symposium, « Histoire d’une pionnière des neurosciences », modéré par Claudine Hermann (EPWS et Femmes & Sciences) a présenté les biographies croisées d’Augusta, américaine ayant fait ses études de médecine à Paris, première femme reçue à l’internat des hôpitaux de Paris en 1886, et de son mari Jules DEJERINE. Jules et Augusta collaborèrent en particulier dans la rédaction de traités sur le système nerveux. Après la mort de son époux, Augusta fut pendant la Grande Guerre responsable d’un service de 300 blessés à l’Hôpital de la Salpêtrière. Puis elle constitua la Fondation DEJERINE, qui rassembla les publications, les planches originales et surtout les collections de lames d’anatomie normale et de pathologique humaine des époux Jules et Augusta.

Les organisatrices présentèrent ensuite le projet « Untold stories : the Women Pioneers of Neuroscience in Europe » dans lequel elles ont fait sortir de l’oubli des pionnières de ce domaine, grâce à une vidéo et au site web wineurope.eu.

Puis un second symposium sur l’héritage scientifique d’Augusta a montré comment les techniques d’imagerie actuelle ont fait progresser la neuroanatomie.

Une exposition de documents originaux de la Collection Dejerine, organisé avec la collaboration d'Annalisa Plaitano  (Femmes & Sciences), a complété cette journée sur une grande scientifique du passé, qui reste un modèle pour les jeunes femmes d’aujourd’hui. De telles femmes pionnières de l'histoire nous enseignent la persévérance et la détermination pour la réalisation des aspirations individuelles.